Archives de
Mois : août 2016

Généavélo n°1 : Vertus (Marne)

Généavélo n°1 : Vertus (Marne)

Avec cet article, j’inaugure ce nouveau blog consacré aux balades Généavélo. Le concept ? Allier le plaisir d’une balade à vélo et la découverte de l’histoire de nos ancêtres, en se rendant sur leurs lieux de vie. Pour cette première édition, je me suis rendue à Vertus, dans la Marne.

A Vertus, je pars sur les traces de la famille Piéton et en particulier de mon ancêtre Nicolas Louis François Piéton et sa femme Marie Anne Brassard, qui ont passé toute leur vie dans la commune, jusqu’à leur décès respectif en 1806 et 1797. Selon les actes que j’ai pu retrouver, Nicolas Piéton a été tour à tour vigneron, marchand, puis arpenteur à la fin de sa vie. Lui et sa femme ont donné naissance à 9 enfants, tous nés à Vertus. Parmi eux, Marie Anne Piéton est la dernière de mes ancêtres directs à avoir vécu à Vertus (jusqu’à son mariage).

Au programme de cette balade, j’ai donc prévu de voir :

  • l’église paroissiale où se sont mariés mes ancêtres ;
  • l’ancienne place des Dames Régentes où vivait Nicolas Piéton au moment de son décès ;
  • les différents lieux que mes ancêtres ont pu fréquenter au cours de leur vie (la place du marché, les lavoirs, etc.) ;
  • le cimetière.

Vue d’ensemble sur Vertus

Vertus est une petite ville de près de 2500 habitants située dans les vignobles de Champagne, au sud de la Côte des Blancs. La population de Vertus n’a pas beaucoup augmenté depuis l’époque où mes ancêtres y vivaient : à la fin du 18ème siècle, elle comptait déjà près de 2000 habitants.

La ville était autrefois entourée de remparts qui ont été détruits vers 1770. De ces remparts, il n’existe plus qu’une porte (la porte Baudet), mais leur emplacement est toujours bien visible dans l’aménagement de la ville. Cela donne un bon aperçu de l’envergure de la ville qu’ont connue mes ancêtres.

La ville de Vertus et ses anciens remparts vus du ciel
La ville de Vertus et ses anciens remparts vus du ciel (source : Géoportail IGN)

1ère étape : la place du marché

C’est sur cette place (désormais appelée place Léon Bourgeois) que se tenait le marché de Vertus, trois jours par semaine. Nicolas et son épouse ont très certainement été amenés à fréquenter cette place : Nicolas qui était marchand y vendait peut-être ses marchandises, et sa femme venait certainement y faire les courses pour la famille. C’est de plus sur cette place que se tenaient les rassemblements de la ville, et que se trouvait la mairie jusqu’en 1800.

Ancienne place du Marché de Vertus
Ancienne place du Marché de Vertus

La physionomie de la place a changé depuis l’époque où mes ancêtres la fréquentaient. Il se trouvait auparavant sur la place une halle qui abritait le marché aux grains. Mais celle ci a été détruite en 1893. De plus, une fontaine nommée « Fontaine du Vigneron Champenois » a été aménagée au centre de la place en 1883.

2ème étape : le puits Saint Martin

Le puits Saint Martin est un petit plan d’eau, situé juste derrière l’église paroissiale, où se trouve l’un des lavoirs de la ville. C’est peut-être ici que Marie Anne Brassard venait laver le linge de la famille.

Le puits Saint Martin et le lavoir
Le puits Saint Martin et le lavoir

L’allure du puits Saint Martin semble avoir peu changé depuis l’époque où mes ancêtres l’ont connu : les bâtiments l’entourant (l’église et les maisons donnant sur le puits) existaient déjà et l’étendue du plan d’eau ne semble pas avoir évolué depuis le début du 19ème siècle.

3ème étape : l’église Saint Martin

C’est dans cette église que se sont mariés Nicolas Piéton et Marie Anne Brassard, et leurs parents avant eux. C’est aussi ici qu’ont été baptisés leurs enfants.

L'église Saint Martin de Vertus
L’église Saint Martin de Vertus

L’église date de la fin du XIème siècle, mais elle a subi quelques transformations au fil des siècles et en particulier au cours du 19ème et du 20ème siècle. De grands travaux de restauration ont en effet été entrepris en 1852 car l’église se dégradait fortement. Ces restaurations ont donné à l’édifice un aspect plus net que ce à quoi elle pouvait ressembler du temps de mes ancêtres.

Entrée principale de l'église de Vertus
Entrée principale de l’église de Vertus

Après un incendie en 1940, toute la toiture, le plafond et le clocher ont à leur tour été restaurés. Les cloches, dont certaines dataient du 16ème siècle et avaient rythmé la vie de mes ancêtres, ont également dû être remplacées suite à la Seconde Guerre Mondiale.

4ème étape : l’Hôtel de Ville, ancienne Maison des Dames Régentes

L’Hôtel de Ville est installé dans l’ancienne Maison des Dames Régentes. Cette congrégation était installée à Vertus depuis 1660 et avait pour mission d’éduquer les jeunes filles et de former des maîtresses d’école. C’est peut-être là que mon ancêtre Marie Anne Piéton, née à Vertus en 1762, a appris à écrire.

Hôtel de Ville de Vertus, ancienne Maison des Dames Régentes
Hôtel de Ville de Vertus, ancienne Maison des Dames Régentes

En 1807, suite à la Révolution, les Dames Régentes sont expulsées de Vertus, et la maison est attribuée à l’Hospice. Elle est ensuite utilisée par la ville pour y installer la mairie, la gendarmerie et le bureau de justice de paix de Vertus.

C’est sur la place de l’Hôtel de Ville, ancienne place des Dames Régentes, que vivait mon ancêtre Nicolas Louis Piéton, comme en atteste son acte de décès, établi en 1806.

Acte de décès de Nicolas Louis Piéton à Vertus le 2 février 1806
Acte de décès de Nicolas Louis Piéton à Vertus le 2 février 1806 (source : AD 51 – cote 2 E 724/21)

Peut-être vivait-il dans l’une de ces maisons faisant face à la mairie, dont seule la première pouvait déjà exister à l’époque.

Maisons en face de l'Hôtel de Ville de Vertus
Maisons en face de l’Hôtel de Ville de Vertus

5ème étape : le cimetière

Enfin, pour la dernière étape de ce Généavélo, je me suis rendue au cimetière communal. Ce cimetière semble avoir été créé au cours du 19ème siècle et est donc trop récent pour y retrouver la tombe de Nicolas Piéton ou de sa femme (décédés en 1797 et 1806).

Cimetière de Vertus
Cimetière de Vertus

Sans surprise, je n’y ai pas retrouvé la trace de la famille de Nicolas Piéton : les tombes les plus anciennes datant des environs de 1850. Pas de trace non plus d’autres membres de la famille Piéton.

Bilan de cette première escapade Généavélo

Cela a été un réel plaisir de pouvoir parcourir ainsi la ville où ont vécu certains de mes ancêtres, il y a plus de 200 ans. J’ai ainsi pu mieux me rendre compte de l’agencement des lieux (dénivelés, distances entre les différents lieux, etc.).

En me rendant sur place, j’ai aussi pu retrouver des informations que je n’aurais pas forcément retrouvé par internet : la ville de Vertus a mis en place tout un parcours avec des panneaux sur le patrimoine de la ville qui m’ont permis d’en savoir plus sur les différents monuments de la ville et découvrir leur date de création.

Je vous donne donc rendez-vous très bientôt pour de nouvelles balades Généavélo !

Elise